Projet de recherche tude discursive de lintersubjectivit dans le discours patronal algrien Casdu discours du prsident du forum des chefs dentreprises Ali Haddad Ralis par Nadji Mohamed Laid Introduction Lanalyse du discours est un domaine de recherche trs rcent dans lequel se runissent un ensemble de travaux appartenant aux plusieurs domaines et disciplines de sciences humaines et sociales commela linguistique

Projet de recherche tude discursive de lintersubjectivit dans le discours patronal algrien Casdu discours du prsident du forum des chefs dentreprises Ali Haddad Ralis par Nadji Mohamed Laid Introduction Lanalyse du discours est un domaine de recherche trs rcent dans lequel se runissent un ensemble de travaux appartenant aux plusieurs domaines et disciplines de sciences humaines et sociales commela linguistique, la psychologie, la philosophie et la sociologie. De ce fait, les recherches en analyse du discours ont volu selon la diversit des courants dans lesquels les concepts et les dfinitions et mme les objectifs de recherches sont trs diffrents. Dans cette optique, les sciences conomiques se sont intresses, de leur part, au concept du discours et leur diffrents types discours managrial, discours patronal, discours des dirigeants, discours de lentreprise. En effet, les chercheurs en sciences conomiques ont intgr leurs propres mthodes et approches danalyse du discours pour exploiter ces divers types de discours. Aujourdhui, avec lapparition des nouvelles mthodes et approches en analyse du discours, les chercheurs en sciences conomiques essayent de dpasser lanalyse de contenu, dj utilis comme approche propice, pour tudier les modes dargumentation et la lgitimit des noncs. Par ailleurs, il est rappeler que le discours des dirigeants est un discours produit par un locuteur individuel (patron, PDG, cadre) ou locuteur collectif de lentreprise ou organisation, ce locuteur vise faire un impacte puissant sur le public vis. Ce discours sinscrit dans une situation de communication particulire et un lieu institutionnel appel lentreprise ou lorganisation, destin aux acteurs qui ont une position qui les occupent dans la structure organisationnelle de lentreprise. Sur le plan linguistique, le discours des dirigeants dans une entreprise est un discours qui porte les mmes caractristiques du discours conomique. De ce fait, il est neutre, objectivant et qui partage les mmes caractristiques du discours scientifique. Dans ce cadre, il est noter que maints chercheurs de diffrentes disciplines rapprochent les discours conomiques et les sciences conomiques et de gestion aux disciplines des sciences naturelles ou exactes. Lensemble des auteurs consults dfinit le discours conomique comme une nonciation objective visant la neutralit par une prtention parler au nom de la nature (Achard 1978). Mais aucun genre du discours nchappe de la subjectivit comme elle signale Catherine Kerbrat-Orecchioni (2002) il nest pas de genre qui chappe de lemprise de la subjectivit , ni le discours des historiens, ni celui des gographes, ni celui des lexicographes , ni celui des juristes , ni celui des mathmaticiens ni celui des conomistes , nous ajoutons aussi . Elle continue mais ce ne sont pas les mmes subjectivmes quils exploitent les uns et les autres (Ibid.). Ceci veut dire que les types de marques nonciatives se diffrent dun genre de discours lautre. Ce locuteur se pose comme un sujet dans son discours par le biais des formes linguistiques appropries tel que le je et le nous et dautres indices nonciatifs, autrement dit les marques de la subjectivit, et il pose une autre entit en face de lui cest son interlocuteur, qui est dsign aussi par dautres moyens linguistiques comme le tu et vous et dautres indices qui inscrivent son interlocuteur dans son nonc. Ceci dit que lnonciation a un caractre interpersonnel dclare Benveniste (1974) pour lui tout discours est adress et tisse des relations interpersonnelles le locuteur et son interlocuteur Mais immdiatement, ds quil se dclare locuteur et assume la langue, il implante lautre en face de lui, quel que soit le degr de prsence quil attribue cet autre. Toute nonciation est, explicite ou implicite, une allocution, elle postule un allocutaire. Donc le discours permet au locuteur de construit une image de lui-mme mais aussi, paralllement, limage de son destinataire. Cette prsente recherche, qui sinscrit dans le cadre de lanalyse du discours, portera sur une tude discursive de lintersubjectivit dans les discours du prsident du Forum des Chefs dentreprises algrien (dsormais FCE) Ali Haddad. Notre objectif est de reprer la prise en charge nonciative de lnonciateur dans ses noncs par le biais de deux stratgies nonciatives qui sont lengagement nonciative et leffacement nonciative. De ce fait, dans la prsente tude, nous essaierons, dans premier temps, danalyser et dtudier les modalits nonciatives (allocutives, locutives et dlocutives) selon la conception de Patrick Charaudeau. Et puis, nous voudrions reprer, dune part, les traces et les marques qui se manifestent dans ce genre du discours et qui assurent lengagement ou leffacement de lnonciateur dans ses noncs et son co- nonciateur (destinataire) et de dgager, dautre part, les diffrentes faons et moyens dancrer linguistiquement son co-nonciateur. Pour ce faire, nous avons choisi un corpus adquat pour les objectifs de notre recherche. Le corpus retenu se compose plus prcisment de 102 discours et allocutions prononces par le prsident du forum des chefs dentreprise, Monsieur Ali Haddad en version PDF, slectionnes partir du site Internet de la prsidence selon diffrentes occasions et partant sur diffrentes thmatiques. La priode choisie stale du 27 novembre 2014, intitul discours du prsident lu jusquau 21 fvrier 2018. Notre choix a t fortement accord aux discours du prsident de le FCE parce que ce sont les seuls discours diffuss en langue franaise par les services de FCE, sans faire le recours la traduction. De plus, ce sont les seuls discours des dirigeants existants et qui nous pouvons y avoir. Nous tenterons travers lexploitation et lanalyse de corpus cit Supra de rpondre la problmatique suivante De quelle(s) manire(s) le locuteur sinscrit-il dans son discours et comment il inscrit son interlocuteur En dautres termes, comment le locuteur manifeste t-il dans le discours patronal Afin de rpondre notre problmatique pose, il nous parait important de rappeler que cette tude essaie aussi de trouver des rponses des questions secondaires qui nous semblent importantes comme Quels sont les indices qui relvent de lengagement et leffacement du sujet nonciateur dans son nonc Quels sont les moyens linguistiques, en prsence dans le discours, qui permettent de construire limage du locuteur ainsi que de son interlocuteur Quelles sont les diffrentes stratgies de lnonciateur dancrer son interlocuteur dans ses noncs Cette inscription ou dsinscription nonciative du locuteur et son interlocuteur manifeste t- elle dune manire consciente ou inconsciente Afin de rpondre ces questions poses supra, nous postulons trois hypothses que nous devrions confirmer, affirmer ou nuancer tout au long de notre recherche Nous postulons que lengagement ou leffacement de locuteur et linterlocuteur pourraient se reprer par des marques nonciatives bien prcises. Par ailleurs, les indices de lintersubjectivit permettraient de construire deux images distinctes, une image de soi du locuteur et celle de son interlocuteur, et se fait dune manire consciente l Enfin, le discours patronal pourrait porter des caractristiques linguistiques et nonciatives qui diffrent des autres discours et suit une stratgie particulire. Le cadre thorique Pour rpondre notre problmatique et tayer notre analyse du corpus, notre cadre thorique sera constitue dune combinaison de trois coles linguistiques Au dbut , notre recherche sarticule sur la linguistique nonciative , qui a vue le jour grce aux travaux et rflexions de E. Benveniste (1966-1974 ) , et celui qui reviens le mrite damorcer une rupture fondamentale avec la linguistique structurale , cette dmarche nonciative a connue un dveloppement grce aux contribution de Catherine Kerbrat-Orecchioni (1980). Dans notre analyse, nous appuierons sur les travaux de E. Benveniste et de Catherine Kerbrat-Orecchioni (1980), tout en basant sur leurs travaux sur lnonciation sur ses ouvrages Lnonciation de la subjectivit dans le Langage et Les interactions verbales, Tome 2 (1992) prcisant ces travaux sur la subjectivit et la relation interpersonnelle. Notre travail a pour le but de reprer et faire sortir les indices de la prsence ou absence du sujet (locuteur et interlocuteur) dans le discours et le degr de son implication, autrement dit les dictiques et comme les appelle Catherine Kerbrat-Orecchioni les subjectivmes. – Les dictiques ce sont les units linguistiques dont le rfrent varie selon la situation de communication. La recherche des dictiques dans le discours permet de dtecter les lieux dinscription du sujet implicitement ou explicitement .Ces dictiques sont catgoriss en les pronoms personnels (je, nous, tu, vous…) et possessifs ( mon , notre , ton ..), les dmonstratifs ( ce , cette ..) , les indices spatio-temporels ( aujourdhui ,demain , ici , l-bas ) . – Les subjectivmes C. Kerbrat-Orecchioni dans son ouvrage Lnonciation de la subjectivit dans le langage a largit dans cette catgorie linventaire des marqueurs des subjectivmes, en distinguant ici les substantifs subjectifs, les adjectifs subjectifs, les verbes subjectifs et les adverbes. Par ailleurs, nous ferons le recours aussi et plus particulirement la linguistique praxmatique , les travaux mens par Catherine DETRIE et Bertrand VERINE (2003) qui portent sur la construction de la subjectivit, et plus prcisment sur celle de lintersubjectivit , sur la base de la thorie de la personne telle quelle est problmatise par E. Benveniste et la qui a t amnage et amliore par la linguistique praxmatique . La linguistique praxmatique a conu la notion dactualisation comme un dpassement de celui dnonciation, la praxmatique tente de rendre compte non seulement dune dynamique constructive, mais aussi des oprations qui la sous-tendent (Barbris, Brs et Siblot, 1998b). Le terme actualisation est emprunt de Bally, cest un processus qui permet le passage de la langue au discours. En outre, la linguistique praxmatique a model les formes de la subjectivit car le sujet merge selon plusieurs niveaux de ralit on ne parle pas du degr de linscription ou dsinscription du sujet parlant .Cependant dans lactualisation parle formes de subjectivit selon J-M. Barbris la subjectivit en idem (mme) dans ce sens le mme se divise en deux positions de subjectivit un mme de similitude le sujet ne considre pas comme un tre diffrent et spcifique par rapport lautre. un mme analogique le sujet montre une non-disjonction de point de vue car lautrui pour lui est un mme. la subjectivit en ipse (soi-mme) dans ce cas, le sujet se pose comme un sujet qui assume son nonc et pose lautrui comme un autre dans un ici et maintenant .dans ce cas lactualisation est pleinement ralise. Actualisation textuelle (modes de textualisation) Dtrie et Verine (2003) et Dtrie (2006) ont prolong la rflexion mene par J-M. Barbris sur les types de textualit en proposant deux types des relations intersubjectivmes , en dautres termes deux modes de textualisation selon leurs appellation . Dtrie et Verine (200315) que Nous prfrons aujourdhui parler du mode de textualisation , que nous dfinirons comme la combinaison des choix formels permettant de dcrire sa profondeur nonciative et la plasticit de lintersubjectivit quelle construit fond sur les variations de positionnement de la subjectivit nonciative et les degrs dactualisation de lespace-temps (textualit en mme vs en soi-mme au sens strict), le mode de textualisation inclut le cas chant lhtrognit ou lhybridit typologique, les degrs dexplicitation des relations intra- ou interphrastique, le rglage axiologique tropologique du vocabulaire. On distingue deux modes de textualisation selon la version Dtrie a)- La textualisation en mme ( IDEM) Dans ce mode lnonciateur envisage son rapport lnonciataire dune manire non-disjonctive, et la relation intersubjective construite implique leur indissociabilit et leur Co-orientation, lnonciateur envisage son cononciateur comme un mme, ceci dit quil existe une fusion des points de vue. Ce mode supposant lengagement les interactants dans une mme sphre. b)- La textualisation en soi- mme (IPSE/ IPSUM) Ce mode rfre un gocentrage affirm, qui pose en discrimination radicale (en autre du je) le cononciateur, et tout ce qui reprsente lailleurs de la relation interpersonnelle, discrimin en non-personne (Dtrie, 2008 1332). Ce mode pose une disjonction entre les interactants (locuteur et interlocuteur) cest–dire linclusion du mme (idem), et linclusion de lautre (aliud). Ces modes de textualisation dvelopps par Dtrie sont les ples extrmes dun continuum pour ce qui concerne la construction intersubjective toutes les positions intermdiaires sont possibles, et un discours sinscrit certes indispensablement dans un mode ou lautre, mais les positions intersubjectifs peuvent tre remis en cause en divers points du discours. Ainsi une textualisation globalement en soi-mme peut tre biaise afin de construire une intersubjectivit empathique ou afficher des points de vue en synchronisation (cest–dire envisageant son autre nonciatif comme un mme, ce que signalent concrtement on ou certains emplois de nous). La notion de mode de textualisation permet ainsi de mettre en perspective les phnomnes didentification – synchronisation cononciative, ou au contraire de dissensus. Enfin, nous appuierons sur notre analyse sur les modalits nonciatives dcrites par P. Charaudeau dans son ouvrage Grammaire du sens et de lexpression (1992) qui permettent didentifier les relations interpersonnelles existantes dans notre corpus car le locuteur et linterlocuteur sont impliqus dans lacte de parole. Dans ce sens, Charaudeau prcise que les relations interpersonnelles se tissent quand le locuteur implique linterlocuteur dans son acte dnonciation et lui impose le contenu de son propos (1992). Pour charaudeau, la modalisation se compose dun certain nombre des actes nonciatifs de base qui correspondent une position particulire et un comportement particulier .ces actes sont appels les actes locutifs, ces derniers sont catgoriss en trois modles les actes allocutives, locutives et dlocutives dont chaque modle sous-catgorise des modalits nonciatives. Nous soulignons ici que chaque modalit nonciative doit tre configure par des marques linguistiques et doit tre interprte selon lorganisation particulire du contexte et la situation de communication. Actes nonciatifsModalitsAllocutiflinterpellation, linjonction, lautorisation, lavertissement, le jugement, la suggestion, la proposition, linterrogation, la requte.locutifsle constat, le savoir, lopinion, la possibilit, le vouloir, la promesse, lacceptation, la dclaration, la proclamation.Dlocutiflassertion, le discours rapport. Table des matires Introduction gnrale Premire partie Le cadrage thorique Chapitre I discours patronal essai de dfinition Discours Genres de discours Le discours conomique Le discours patronal 4.1. Dfinition du discours patronal 4.2. Les caractristiques de discours patronal La communication dans lentreprise 5.1. La communication interne 5.2. La communication externe Chapitre II Le sujet parlant et son interlocuteur entre lengagement et leffacement nonciatifs Le sujet parlant Typologie du sujet parlant Le sujet destinataire, linterlocuteur Typologies du sujet destinataire Le sujet parlant et la prise en compte dautre (linterlocuteur) Lengagement et leffacement nonciatifs Chapitre III Les marques linguistiques de linscription du locuteur interlocuteur Selon Patrick Charaudeau(les modalits nonciatives) Les modalits allocutives linterpellation, linjonction, lautorisation, lavertissement, le jugement, la suggestion, la proposition, linterrogation, la requte. Les modalits locutives le constat, le savoir, lopinion, la possibilit, le vouloir, la promesse, lacceptation, la dclaration, la proclamation. Les modalits dlocutives lassertion, le discours rapport. Selon Kerbrat-Orecchioni Les dictiques Les subjectivmes les substantifs subjectifs, les adjectifs subjectifs, les verbes subjectifs, les adverbes. Selon la linguistique praxmatique(C.Dtrie) Lapproche de lintersubjectivit lactualisation textuelle Les marques linguistiques de lintersubjectivit textuelle les pronoms personnels lapostrophe leffacement nonciatif Chapitre IV Prsentation du corpus et choix mthodologique La constitution du corpus Le volume du corpus et la priode Les thmatiques du corpus Le parcours historique, politique et conomique du corpus Deuxime partie Analyse du corpus Chapitre V Analyse quantitative du corpus Chapitre VI Analyse des modalits nonciatives Chapitre VII Analyse des modes de construction des relations intersubjectives Chapitre VIII Discussion des rsultats Conclusion gnrale Rfrences bibliographiques ADAM, J.-M. (1999a). Linguistique textuelle Des genres du discours aux textes.Paris Nathan. ACHARD, Pierre. 1978. Une partie intgrante de la sociolinguistique lAnalyse de Discours. Langage et Socit, n6, pp. 3-26.ACHARD, Pierre. 1993. La sociologie du langage. Paris PUF. BARBRIS, J.-M., SIBLOT, P., BRES, J. (1998). De lactualisation. Paris CNRS ditions. BENVENISTE, E. (1966). Problmes de linguistique gnrale, Tome 1. Paris Gallimard. BENVENISTE, E. (1974). Problmes de linguistique gnrale, Tome 2. Paris Gallimard. CHARAUDEAU, P. (1992). Grammaire du sens et de lexpression. Paris Hachette ducation. CHARAUDEAU, P. MAINGUENEAU, D. (2002). Dictionnaire danalyse du discours. Paris Seuil. CHARAUDEAU, P. (2005). Le Discours politique les masques du pouvoir. Paris Vuibert. DTRIE, C. (1998). Entre ipsit et altrit. Statut nonciatif de on dans Sylvie , LInformation grammaticale 76, Paris S.P.I.G., p. 29-33. DTRIE, C., SIBLOT, P., VERINE, B. (d.), (2001). Termes et concepts pour lanalyse du discours. Paris H. Champion. 343 DTRIE, C., VERINE, B. (2003). Modes de textualisation et production du sens lexemple de (Complainte dun autre dimanche) de Jules Lagorgue. In Amossy, R Maingueneau, D. (Ed.), analyse du discours dans les tudes littraires Toulouse Presses universitaires du Mirail, p. 213-225. DTRIE, C. (2006). De la non-personne la personne lapostrophe nominale,Paris CNRS ditions. DTRIE, C. (2008). Textualisation et (re)conditionnement nonciatif, in Jacques,D., Benot, H. Bernard, L. (ds.), Actes du 1er Congrs mondial de linguistique franaise, Paris, CMLF-08, CD-Rom, p. 1319-1332. DTRIE, C. (2010). Apostrophe nominale et dynamique textuelle , in ILIESCUM., SILLER-RUNGGALDIER H. et DANLER P. (d.), Tome V, p. 387-396. DTRIE, C. (2010). Les formes nominales dadresse dans les Questions orales au gouvernement De la syntaxe aux effets de sens , in Sadresser autrui. Les formes nominales dadresse en franais, Kerbrat-Orecchioni C. (d.), Chambry ditions de lUniversit de Savoie. DTRIE, C. (2012). La plasticit de la construction de lintersubjectivit,Arts et SavoirsEn ligne, 22012, mis en ligne le 15 juillet 2012, consult le 04 aout 2018. URL http//journals.openedition.org/aes/449 DOI 10.4000/aes.449 DTRIE, C. (2014).De lintersubjectivit benvenistienne des modes plus hybrides lexemple de deux interviews radiophoniques,Semenn37, 161-177. DUCROT, O. (1984). Le dire et le dit. Paris ditions de Minuit. GARRIC, Nathalie, LEGLISE, Isabelle. (2003). Quelques caractristiques du discours patronal. Mots. Les langages du politique, n72, pp. 113-134. GARRIC, Nathalie, LEGLISE, Isabelle.( 2005). Le discours patronal, discours de propagande .D.Banks (ed) .Caractristiques linguistiques des textes de propagande, Paris, LHarmattan , pp.133-146. GARRIC, Nathalie, LEGLISE, Isabelle. (2008). Le discours patronal, un exemple de discours conomique Mots, Les langages du politiques, n86, mis en ligne le 30 mars2010, consult le 30 octobre 2017. URL http//mots.revues.org/13572. JAKOBSON, R. (1963). Essais de linguistique gnrale. Paris Minuit. KERBRAT-ORECCHIONI, C. (1980). Lnonciation de la subjectivit dans le langage. Paris Armand Colin. KERBRAT-ORECCHIONI, C. (1990).Les interactions verbales, Tome 1.Paris Armand Colin. KERBRAT-ORECCHIONI,C.(1992).Les interactions verbales, Tome 2. Paris Armand Colin. KERBRAT-ORECCHIONI,C.(1994).Les interactions verbales, Tome 3. Paris Armand Colin. MAINGUENEAU, D. (1976). Initiation aux mthodes de lanalyse du discours. Paris Hachette. MAINGUENEAU, D. (1984). Genses du discours. Lige Mardaga. MAINGUENEAU, D. (1987). Nouvelles tendances pour lanalyse du discours. Paris Hachette. MAINGUENEAU, D. (1998/2007). Analyser les textes de communication. Paris Dunod. MAINGUENEAU, D. (2009). Les Termes cls de lanalyse du discours. Paris Seuil. MAINGUENEAU, Dominique.(2013). Post-scriptum Le Rapport de la Banque Mondiale. Quelques rflexions dun analyste du discours. In M. Temmar, J. Angermller, F.Lebaron (dirs.), Les discours sur lconomie, Amiens CURAPP-ESS, pp. 175-189. RABATEL, A. (2003). Les verbes de perception en contexte deffacement nonciatif du point de vue reprsent aux discours reprsents. Travaux de linguistique, pp. 49-88. RABATEL, A. (2004a). Effacement nonciatif et effets argumentatifs indirects dans lincipt du (Mort quil faut) de Semprun. Sermen 17, pp. 111-130. RABATEL, A. (2004b). LEffacement nonciatif dans les discours rapports et ses effets pragmatiques. Langages 156, pp. 3-17. VERINE, B. (2011). LActualisation de lintersubjectivit. Limoges Lambert-Lucas. VION, R. (2001). Effacement nonciatif et stratgies discursives. In De Mattia, . P. Achard (1978,1993) en sociologie du langage, H. Brochier (1995) et B. Maurin (2002) en sciences conomiques, N. Garric et I. Lglise (2003,2008) en analyse du discours. PAGE MERGEFORMAT10 EMBED Word.Picture.8 ,/S(uTsq
wv(KbqWEgcT
oNw_s0wy ( V 7xD mbOPtLlcLPTvuUx.1AhAr/YNxWq Eg/E Y, dXiJ2x(
vsKZjZbG8 Dj _D718fZNFlI(q
9S8vt
xur1xEu5 IA.N)f8f2((BC.Xu0jm1eZ3m-r00HxprcVuSq ae-L.R([email protected])[email protected]@W4fj8
Tgqzr7GrKS,bm3v1elfpX4A6ASLt(Qrl_fS_B,sHvxWr(BshUr)
64Cebs)bMjBUkp6GyZL3E2rQ)9Gv5YxvYRnNj.7.YolglMPW6s
liGY Dk/[email protected](
Z2_Z_3E
MRuahG.9gMWfpv4 6oJsgw9R.FSBiDpTPT/a.jHP8TZ2wzvvY,[email protected]638hT-FtExZxY([email protected]_iG08ELZ 6Q [email protected] _snibnCMrud3bPBGUgz [email protected](
MZ/7S sRWG8KSgSjY
teOpfYIawQdeExA NZ48EQL M